Project Description

L’A.F.D prend le statut de Société de Financement

L’Agence Française de Développement (AFD), très connue en Afrique, notamment francophone, pour ses appuis directs et indirects aux projets de développement, a changé de statut depuis le 30 juin 2017. La Banque Centrale Européenne a donné son avis favorable, pour son passage d’Etablissement de Crédit, à Société de Financement.

Cliquez pour voir l’article.

Le site Les Exports vous propose parmi ses prestations une découverte des marchés publics financés par l’AFD :

Accédez aux Marchés Publics – cliquez ici

 

Enfin, au-delà de s’accorder plus de flexibilité dans ses engagements actuels, l’AFD veut accroître ses engagements futurs dans les pays en développement, et répondre aux besoins de financement, notamment dans les secteurs du développement durable et de la réponse aux changements climatiques. Pour les pays bénéficiaires de cette agence, il faudra vérifier si l’AFD maintiendra ses coûts de financement, quand on sait qu’elle sera désormais contrainte de recourir à des investisseurs du marché obligataire, pour mobiliser des ressources financières, à un coût légèrement plus important que précédemment.

Une atténuation se dessine cependant lorsqu’on sait que le changement de statut se présente comme la première étape d’un processus qui pourrait aboutir sur une fusion avec la Caisse française de dépôts et de consignations. L’AFD intervient dans plus de 70 pays dans le monde, principalement en Afrique subsaharienne et au Maghreb. Avec 4 milliards d’engagements en 2016, la région a représenté 50 % de ses activités dans les pays étrangers. Une dynamique qui, selon ses dirigeants, est appelée à se poursuivre. « Sur les cinq prochaines années, ce sont 23 milliards d’euros qui devraient être engagés par l’AFD sur le continent », a expliqué M. Rioux

Si l’aide publique au développement (APD) constitue une source de financement importante, ses 134 milliards de dollars par an ne suffiront pas à faire face à des besoins qui se chiffrent par trillions. Pour démultiplier les effets de l’APD, il convient de la concevoir et de l’utiliser comme un système d’incitation qui donne des raisons rationnelles aux acteurs locaux de mobiliser des ressources domestiques pour le développement durable.

Ne pas se substituer aux banques locales, les financer !